MONSIEUR DE POURCEAUGNAC
comédie-ballet d'après Molière et Lully

création 2006

Au-delà du prétexte à rire du bourgeois limousin débarquant à Paris, la pièce renvoie à un enjeu qui peut paraître simple : transformer un homme, Monsieur de Pourceaugnac en personnage d’une pièce qu’il ne connaît pas. Or ce sous-texte réveille une série de questions éminemment théâtrales.

Mise en scène et en musique par Eraste, cette machination n’est que jeu de faux-semblants, dont la folie et l’invraisemblance sont non seulement exacerbées par l’utilisation dramatique de la musique de Lully, mais aussi développées à travers l’utilisation de patois régionaux ou de codes lexicaux et syntaxiques forts. L’accent naturel de comédiens étrangers rendra ainsi au texte sa musicalité, et pourra asseoir la perdition de Pourceaugnac dans une grande ville sincèrement folle et cosmopolite.

Au cœur de cette invraisemblance, Monsieur de Pourceaugnac sombre, pantelant, dans l’hébétude puis le silence. Lui qui se disait être avocat en perd aussi ses mots. Cette mue langagière joue alors comme dévoilement, et révélation d’un autre soi-même.

Du personnage à la personne, l’histoire de Monsieur de Pourceaugnac est une métaphore de l’acteur et met en son coeur, à travers le rire et la farce cynique, la question de l’identité.

Mise en scène Sandrine Anglade 

Scénographie et costumes Claude Chestier

Lumières Eric Blosse

Travail chorégraphique Pascaline Verrier

Distribution :

Les acteurs-danseurs-acrobates

Monsieur de Pourceaugnac — Nathalie Nerval

Oronte — Daniel Laloux

Sbrigani — Liviu Badiu

Nérine — Athina Axiotou

Julie — Katia Medici

Eraste — Marc Proulx

Les chanteurs-musiciens-acteurs

Rôles parlés : Premier médecin, deuxième médecin, un apothicaire, l'exempt, un paysan, une paysanne, Lucette, premier suisse, deuxième suisse

Marco Horvat — baryton et luths, théorbe, lirone, vièle à archet

Yuki Koike — violon

François Lazarevitch — flûtes, cornemuses

Peter de Laurentis — ténor

Stéphanie Paulet — violon

Thomas de Pierrefeu — violoncelle et viole de gambe

Olga Pitarch — soprano

Atsushi Sakaï — viole de gambe, violoncelle

Kanako Sakaï — clavecin

Reinhild Waldek — harpe baroque, viole de gambe, flûte à bec

40 REPRÉSENTATIONS

— 7 novembre 2006 à l'Opéra de Limoges : 1 représentation

— 14 novembre 2006 à la Ferme de Villefavard en Limousin, Villefavard : 1 représentation

— 16 et 17 novembre 2006 au Théâtre de l'Union, CDN de Limoges : 2 représentations

— 1er au 12 décembre 2006 au Grand T, Nantes : 10 représentations

— 15 décembre 2006 au Trident, Scène Nationale de Cherbourg : 1 représentation

— 20 décembre 2006 au Théâtre Jacques Carat, Cachan : 1 représentation

— 22 décembre 2006 au Théâtre Paul Eluard, Choisy-le-Roi : 1 représentation

— 5 et 6 janvier 2007 à l'Opéra Théâtre de Metz : 2 représentations

— 11 et 12 janvier 2007 à la Scène Nationale d'Angoulême : 2 représentations

— 16 janvier 2007 au Théâtre Louis Aragon, Tremblay-en-France : 1 représentation

— 19 janvier 2007 au Théâtre de Longjumeau : 1 représentation

— 23 et 24 janvier 2007 à la Scène Watteau, Nogent-sur-Marne : 2 représentations

— 25 janvier 2007 à l'Auditorium Jean-Pierre Miquel, Vincennes : 1 représentation

— 26 et 27 janvier 2007 au Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines : 2 représentations

— 1er février 2007 à la Chapelle Saint-Martin du Méjan, Arles : 1 représentation

— 2 et 3 février 2007 à La Passerelle, Scène Nationale de Gap : 2 représentations

— 6 et 7 février 2007 au Théâtre de Nîmes : 2 représentations

— 10 et 11 février 2007 au Théâtre Jean Vilar, Suresnes : 2 représentations

— 15 et 16 février 2007 à L'Apostrophe, Cergy-Pontoise : 2 représentations

— 23 au 25 février 2007 au Théâtre d'Arras : 3 représentations